C'est étrange, quand on a un enfant, et quand on vieillit, aussi, on paie tellement plus cher les excès, que c'en est injuste et disproportionné. 

 

Je suis allée à une soirée de bloggeuses dans ma ville provinciale, un soir en semaine, ainsi qu'à mon cours hebdomadaire de Yoga de Ouf (contrairement à mon ancien cours de yoga, où on respirait orange par les orteils confortablement installés sous une petite couverture comfy, là, on sue sang et eau et on se tient sur la tête), c'était chouette, c'était vivant et pailleté, il y avait du vin blanc, des gens sympas, des trucs de filles, j'ai respiré l'air de la liberté.  Cet air que j'avais perdu pendant la deuxième partie de mon mariage, celle qui m'a asphyxiée et fait perdre le fil de moi-même. 

Et puis le lendemain, j'ai eu une migraine carabinée (DEUX verres de vin blanc, sérieux????), que j'ai traînée toute la journée au boulot.  J'ai entendu résonner en moi la voix raisonnable de mon ex-mari me rappelant que la fatigue me déclenche presque systématiquement des migraines.  "I'm too old for this shit" m'a même rapidement traversé l'esprit.  Des combinaisons de tasse de thé/plaid/bouquin/chaton ont dansé devant mes yeux cernés. 

 

Et puis je suis allée à un apéro dinatoire avec tout un tas d'inconnus sympas et intéressants, manger des trucs qui font grossir, boire du champagne, et coucher mon fils bien trop tard. 

Je suis trop une cramée de la tête.  Call me Pete

pete